Services à la personne : un marché en plein essor.

Né en juillet 2005 avec l'adoption du plan Borloo, le secteur des services à la personne n'a cessé depuis de prendre de l'ampleur et le gouvernement continue d'y apporter sa contribution en mettant en place le plan 2 de développement. Les chiffres sont en effet très prometteurs et augurent de perspectives très encourageantes malgré une conjoncture peu favorable à l'emploi.

En 2008, le marché des services à la personne employait près 2 millions de personnes et son chiffre d'affaires affichait 15,6 milliards d'euros. Ce marché porteur est en pleine mutation, la demande étant exponentielle. Aujourd'hui 6 millions de ménages français non utilisateurs seraient demandeurs, quand 300 000 familles cherchent toujours une solution de garde pour leur enfant. L'offre reste nettement en-deçà de la demande et le France affiche un retard par rapport à  certains de ses voisins européens ou américains. Moins de 2% des salariés peuvent bénéficier du programme de services à la personne par le biais de leur entreprise, alors que certains pays européens atteignent un taux 20% et même 60% pour les Etats-unis.

Il est vrai que le consommateur s'y perd un peu et que le CESU (chèque emploi service universel) mériterait plus de visibilité. Une multitude de petites structures côtoie de grandes enseignes : l'offre locale concurrence un panel de services à l'échelle nationale. Chaque année, de nouveaux noms font leur apparition et pour prouver l'essor considérable du secteur, seuls 15% des nouvelles sociétés sur ce marché ferment dans les deux premières années d'activité.

Le gouvernement souhaite fortement que le marché accélère son développement, jusque là freiné par les prix. Les besoins sont considérables mais tous n'ont pas accès aux services à la personne. Le consommateur doit pour le moment avancer l'argent, et le crédit ou la réduction d'impôt dont bénéficient les personnes utilisatrices du CESU n'intervient que l'année suivante. L'Etat envisage grâce à son plan 2 de préfinancer le CESU. Au début de l'année 2009, 1,3 million de familles et de personnes âgées en difficulté avaient reçu des chèques d'une valeur totale de 200€.

Aujourd'hui les services à la personne sont concentrées sur trois grands domaines : les services à la famille (garde d'enfant de moins de 3 ans, soutien scolaire, cours à domicile, assistance administrative,...) ; les services aux personnes âgées dépendantes, handicapées ou aux familles fragilisées (garde-malade, aide à la mobilité, soins, promenade d'animaux de compagnie,...) ; et les services de la vie quotidienne (ménage, jardinage, bricolage, repas, repassage, télé et visio-assistance,...). Dès janvier 2010, l'offre va s'étoffer pour concerner aussi bien l'assistance informatique à domicile que l'audit éco-habitat, le soutien scolaire dans les zones urbaines sensibles ou les aides aux aidants familiaux.




Le remboursement peut se faire selon deux modalités. Avec la franchise partielle, moins coûteuse au final...
Partager cet article :
Article précédent: Soutien scolaire à domicile : le Sénat rétablit l'avantage fiscal.
Article suivant: Massage anti cellulite, l’endermologie et ses différentes vertus